Nouvelles sur gerik

Lorsque vient le temps de vous prodiguer des conseils ou de faire un suivi préventif dans le but d’assurer votre confort et de rehausser votre qualité de vie, notre approche est de vous servir comme nous aimerions l’être.

Les premiers acheteurs seront privés d’un outil important

1 janvier, 2011

Personne dans la région n’est contre la lutte à l’endettement excessif, mais en réduisant de 35 à 30 ans la période d’amortissement des prêts hypothécaires, le ministre des Finances, Jim Flaherty, prive les premiers acheteurs d’un outil intéressant pour accéder à la propriété, estime l’Association provinciale des constructeurs d’habitations du Québec (APCHQ).

« Les modifications concernant la diminution de la période d’amortissement ne changeront pas grand-chose pour les deuxièmes acheteurs sauf les aider à épargner un peu plus, mais c’est malheureux pour les premiers acheteurs qui ont souvent besoin d’un petit coup de pouce supplémentaire pour acheter leur première maison », indique Éric Pigeon, président de l’APCHQ-Outaouais. C’est encore plus vrai en Outaouais, où le prix des maisons est plus élevé qu’ailleurs au Québec, à cause de la pression que met Ottawa sur le marché de l’habitation, ajoute-t-il. « L’amortissement sur 35 ans était un outil à la disposition des jeunes ménages, affirme M. Pigeon. Ces gens devront désormais épargner un peu plus avant de pouvoir s’acheter une maison. Il faudrait que le gouvernement fédéral équilibre le tout en mettant de l’avant un programme pour aider les premiers acheteurs à accéder à la propriété. »

L’homme d’affaires Gilles Desjardins, propriétaire de Brigil Platine, est du même avis. « Le meilleur RÉER qu’on peut se donner est une propriété, dit-il. Une maison est une bonne façon d’épargner et il ne faut pas oublier qu’un bien immobilier, ce n’est pas comme une voiture ou un meuble. Ça prend de la valeur. L’amortissement sur 35 ans permettait aux jeunes professionnels qui sortent de l’université avec des dettes parfois importantes d’avoir le coup de pouce nécessaire pour accéder à la propriété. »

« UN GESTE RESPONSABLE »

Le président de la Chambre de commerce de Gatineau (CCG), Philippe Marion, qualifie plutôt les nouvelles mesures annoncées par le gouvernement fédéral de « geste prudent et responsable ». « Le taux d’endettement au pays ne va clairement pas dans la bonne direction et ne pas agir de la sorte serait se mettre la tête dans le sable », juge-t-il. bSelon lui, l’impact d’une telle mesure sera à peine perceptible. « Le marché va s’ajuster très rapidement, dit-il. Les premiers acheteurs devront faire des choix, peut-être changer leur style de vie, mais c’est normal. Il y a eu une crise mondiale et ça oblige tout le monde à agir et c’est ce que fait le gouvernement aujourd’hui. Je préfère de loin ces mesures de resserrement à une hausse du taux d’intérêt qui elle aurait eu un impact négatif important. »

Nathalie Genest, porte-parole des Caisses Desjardins, considère aussi que le ministre Flaherty fait un pas dans la bonne direction. Son institution financière n’a jamais favorisé les amortissements de prêts hypothécaires sur plus de 25 ans et elle a tout de même permis à de nombreux premiers acheteurs d’accéder à la propriété, dit-elle. « Nous ne le conseillions pas à nos clients, ajoute Mme Genest, pour la simple raison que ça finissait par leur coûter beaucoup plus cher en intérêt. De toute façon les amortissements sur 30 ou 35 ans ne représentent pas plus de 5 % de notre portefeuille de prêts. »

Retour aux nouvelles

prenez unrendez-vous