Nouvelles sur gerik

Lorsque vient le temps de vous prodiguer des conseils ou de faire un suivi préventif dans le but d’assurer votre confort et de rehausser votre qualité de vie, notre approche est de vous servir comme nous aimerions l’être.

Gastronomie et médias ne feront qu’un pour les ventres des écoliers!

11 novembre, 2011

Parce qu’avoir le ventre plein en classe ne peut qu’être bénéfique sur le rendement scolaire, même si aucune étude tangible ne le prouve officiellement, le 9e Souper des médias battra son plein le 11 novembre à l’école secondaire du Versant.au profit des Petits déjeuners de la Soupière de l’Amitié.

Fidèles à la tradition de la dernière décennie, journalistes, animateurs et conseillers publicitaires des différents médias de la région délaisseront caméras, micros, ordinateurs et stylos pour se transformer en serveurs d’un soir. De La Revue / Info07.com à Radio-Canada en passant par RNC Media, VOX Outaouais, Astral Media, LeDroit, le Bulletin d’Aylmer, 104,7 FM Souvenirs garantis et Radio Enfant-Ado, tout ce beau monde en profitera pour rencontrer la population lors des deux services, prévus à 17h et 19h30. Tout de même conservateurs puisqu’au-delà de 190 000$ ont été amassés l’an dernier, les organisateurs souhaitent franchir la barre des 180 000$ lors de ce souper unique en son genre. Plus d’un millier de personnes sont attendues. Pour les fines bouches comme pour les simples amants de la bouffe, le menu préparé de A à Z par les étudiants les chefs en herbe de l’École du Relais de la Lièvre a de quoi faire saliver. Des hors d’oeuvres variés et des antipasti en entrée; un plat principal composé d’un suprême de volaille au caramel d’épices accompagné de purée de carottes au miel, de gratin de pâtes et de champignons ainsi que d’une compotée d’oignons aux raisins; alors que le dessert consistera en un chou craquant à la mousseline d’érable.

Étant donné la qualité du repas, le comité organisateur souhaite que chaque invité soit généreux et fasse un don de 25$ à la sortie. Nouvellement présidente d’honneur de l’événement, Julie Pelletier, de Gerik Construction, se dit très sensible à la cause. «Je suis moi-même une mère de famille et notre entreprise voulait chapeauter un organisme en particulier à qui on pourrait donner notre temps et consacrer toutes nos énergies. Pourquoi celui-là? Parce que c’est local et c’est quelque chose de palpable, de quotidien. Ils donnent des déjeuners à tous les jours et les bénévoles sont passionnés, tout comme nous», dit-elle. Un rallye récemment organisé par Gerik a déjà permis de cumuler 16 450$. Les statistiques sont frappantes. En 2009-2010, plus de 128 000 déjeuners santé comprenant un berlingot de lait, une pomme, un bâtonnet de fromage, des mini-carottes et un muffin ont été distribués dans 27 écoles primaires et secondaires de Gatineau et de sa périphérie.

«On apporte une vraie aide aux enfants et la formule est facile. On peut y aller en famille, pas obligé d’être habillé chic, on peut venir en jeans et il y a deux services offerts. Ç’a une belle saveur locale» – Julie Pelletier, présidente d’honneur

L’ajout d’une institution engendre une dépense de 5000$, si bien que les dons sont primordiaux pour la survie du programme géré par de la Soupière de l’Amitié. Chaque petit déjeuner coûtant 1,55$ pour les aliments, la manutention et la livraison, les besoins financiers de l’organisme avoisinent bon an mal les 200 000$. Selon les spécialistes de la santé, les enfants qui ne mangent rien le matin peuvent s’exposer à des problèmes de santé.

Ces problèmes sont le résultat d’un jeûne prolongé de 18 heures entre le repas du soir et le dîner du lendemain. À cause de leur petite taille et de leur métabolisme plus élevé, les enfants résistent beaucoup moins bien que les adultes à cette privation. La date du Souper des médias a été repoussée de deux semaines cette année pour des raisons évidentes. «On doit avoir une journée pédagogique. C’est la seule journée qui nous était offerte. Je suis contente parce que ce sera le Jour du Souvenir, certaines personnes seront en congé. En plus, novembre est un mois déprimant, alors pourquoi pas aller faire du bénévolat ou manger une bonne bouffe concoctée par des élèves?», lance-t-elle. Pour Julie Pelletier, nul doute que l’événement va encore une fois être couronné de succès, un bon noyau de gens du public étant fidèles au poste chaque automne. «On apporte une vraie aide aux enfants et la formule est facile. On peut y aller en famille, pas obligé d’être habillé chic, on peut venir en jeans et il y a deux services offerts. Ç’a une belle saveur locale», conclut-elle.

Retour aux nouvelles

prenez unrendez-vous